On n’était pas prêts.


Humeur / jeudi, septembre 30th, 2021

Ici, on a l’habitude de vous parler voyage, destinations de rêve. Mais on vous parle aussi quelques fois de ce qui nous prend aux tripes. Sur des choses qui nous bouleverses  On vous parlait par exemple de notre retour de tour du Monde qui avait été si particulier. Vous pouvez le retrouver dans cet article: le retour d'un Tour du Monde: entre incompréhension et renouveau.

On vous parlait aussi ICI de notre relation à Instagram et dernièrement de nos émotions face aux confinement de la crise sanitaire.

 

Aujourd’hui, sur cette musique,  je vous parle de la tempête émotionnel qu'est notre vie depuis l'arrivée de notre amour, Marceau  !

Voilà maintenant 5 mois que notre petit lardon d’amour a pointé le bout de son nez. 5 mois. 5 mois et on sort tout juste la tête de l’eau. 5 mois de tourbillon. 5 mois d’une tempête. Une merveilleuse tempête. Mais une tempête à laquelle on était clairement pas préparés. Et pourtant. On était sur de l’être. On le savait, on l’a senti. Je l'ai senti. Comme un besoin, subitement, de devenir Maman. Qu’il devienne Papa. Qu’on devienne une encore plus belle famille. Comme une évidence. Je l’ai ressenti. Je l’ai senti. Nous avons eu beaucoup de chance, je suis tombée enceinte très rapidement. Un cadeau de la vie. 

Et puis notre petit lardon a grandi au creux de moi. En découvrant la vie par des sons, des voix, des ressentis, des petites tempêtes émotionnelles. Et puis après presque 9 mois au creux de mon corps, de mon coeur, tu a décidé de voir à quoi on ressemblait réellement. 

Ce 14 avril 2021 a été le commencement d’une nouvelle vie. Encore plus belle. Encore plus étincelante. Encore plus enivrante, palpitante.  Je n’effacerai jamais ce moment où je t’ai rencontré. Où je t’ai vu dans les bras de ton papa. Où nous étions pour la première fois de notre vie, réunis. Heureux. Je n’oublierai jamais ces premiers instants de vie. Tes petites mains, tes yeux qui avaient du mal à s’ouvrir car tu découvrais pour la première fois le soleil. Ton regard. Je n’oublierai jamais ton premier regard. Je n’oublierai jamais ma première nuit à tes côtés. Celle où je suis tombée amoureuse de toi. Un amour que je ne connaissais pas encore. Plus puissant que tout. On a beau essayer de se préparer à ce moment, je pense qu’on ne peut jamais vraiment l’être.

Et puis, la vie à 3 a commencé. Finalement on s’est vite rendus compte que c’était difficile. Difficile de comprendre, de savoir ce qui était le mieux pour toi. Que c’était épuisant de se sentir impuissant face à des pleurs, tes pleurs. Que ça nous déchirait le coeur quand on te sentais fatigué, barbouillé ou à vrai dire je suis encore incapable de savoir pourquoi tu pleurais à ce moment là.

Et puis le quotidien devient une tempête. Un tourbillon. Ponctué de biberons, couches, siestes, réveils de nuits, repas en 2-2. Un K.O technique. Une fatigue éreintante. Une fatigue qu’on ne connaissait pas. Qu’on ne pensait pas possible à vrai dire. Et, la fatigue, je crois, que c’est la pire des vicieuses. Elle te rend vulnérable, susceptible, irritable, impatient et en colère. Elle peut briser tout ce qui t‘entoure.

 Je n’aurais jamais pu vivre cette expérience sans ton Papa. Tu le verras rapidement même si je sais que tu le sais déjà, mais il est exceptionnel. Tu ne rencontreras jamais quelqu’un comme lui. Tu te rendras vite compte que tu as la plus grande chance de l’avoir dans ta vie. Et une fois de plus, il a été exceptionnel. On a été une équipe. Sans qui je ne serais pas où j’en suis aujourd’hui. Une évidence. Un relai perpétuel. Un soutien commun. Je ne dis pas que ça a été facile, oh non. Mais heureusement que cette équipe était forte, déterminée et puissante. La fatigue à 2, c’est fatiguant, mais aussi drôle. Si, je vous assure. Il arrive un point de fatigue où on a le choix entre se pourrir ou en rire. Bon, on a décidé d’en rire même si c’est vraiment pas facile, je vous l’accorde.

Alors, on a ri. Ri quand tu as décidé de ne dormir qu’en porte-bébé pendant 3 mois, ri quand tu t’es réveillé toutes les heures pendant plusieurs nuits, ri quand on s’est rendus compte qu’on n’avait pas mangé depuis longtemps, ri quand on s’est rendus compte qu’il nous restait plus que des pommes dauphines au congèle à 22h. On a ri quand on s’est regardés dans une glace, qu’on s’est rendus compte qu’on était pas prêts. On a ri quand on s’est couché longtemps en même temps que toi à 19h. On a ri quand on a chanté des heures et des heures « petit escargot » pour t’endormir. On a ri en comptant le nombre de squats qu’on a fait en 5 mois. On a ri aux éclats quand tu nous a fait pipi, caca dessus à 3h, 4h ou même 5h du matin. On a ri quand on a mis 1h à te faire faire ton rot à 1h du mat’. On a tellement ri car ses moments, aussi difficiles soient ils font partie de notre vie à 3, celle qui est belle et intense.

Alors, on a aussi beaucoup pleuré depuis ses 5 mois à tes côtés. Parce qu’on pleure beaucoup dans la famille tu verras. On pleure de rire, de tristesse mais aussi de joie, de bonheur intense. On a pleuré en te découvrant. On a pleuré quand on t’a ramené à la maison. On a pleuré le premier matin à 3. On a pleuré le premier dimanche à 3. On a pleuré quand on s’est rendus compte que tu étais là. On a pleuré quand tu nous a fait ton premier sourire. On a pleuré quand on est passés du 1 mois au 3 mois. On a pleuré pour ton premier bain à la maison. Oui je t’avais prévenu mon chameau, on pleure beaucoup ici mais c’est souvent de joie.

Et on a aussi extrêmement pleuré quand on t’a laissé pour la première fois. Parce qu’on devait reprendre le travail. Après avoir passé H24 les 4 premiers mois de ta vie, on a dû te confier à quelqu’un. J’ai dû te laisser. Et ça a été dur, très dur. Mais nécessaire. On t’a laissé à la meilleure des nounous. J’étais plutôt du genre à dire avant que tu sois là que je te laisserais « facilement ». Et puis tu es arrivé. Il s’est passé beaucoup de choses. Et ce « facilement » et devenu « très difficilement ». Mais la vie et le destin nous a fait rencontrer une personne douce et incroyable qui s’occupe parfaitement de toi. Et ce « très difficilement » est devenu « sereinement ».

Et puis on a repris pied. Repris du temps pour nous, repris du temps à 2. Comme si on refaisait surface après 4 mois sous l’eau. 4 mois en apnée. 4 mois non-stop, à ne jamais arrêter une seconde. A être toujours sur le qui-vive, attentif à tout. On s’est alors rendus compte à ce moment qu’on était tout simplement épuisés, exténués, vidés de toutes forces. Psychologiquement et physiquement. Alors, on s’est reposés. Et on a profité de nous. Parce que oui, on s’est totalement oubliés en tant que couple pendant 4 mois. On ne le regrette pas. Oh non. Ces 4 mois, on te les a dédié, à toi, mon amour. Pour que tu sois au mieux pour ton arrivée dans ce monde.

Alors on a repris vie. À 2. Et puis à 3. Et que ça a fait du bien. On te connait de mieux en mieux. On arrive mieux à te comprendre. Même si quelques fois on se sent encore perdus. Qu’on doute. On a trouvé notre équilibre. Même si des petits ajustements sont encore nécessaires, on y arrive. On fait au mieux mon petit lardon. Et je te promets qu’on fera toujours de notre mieux.

Ne sous-estimez pas vos émotions. Ne sous-estimé pas les tempêtes émotionnelles qui se joue en vous. N’écoutez que votre coeur. Beaucoup de gens commenteront votre façon de faire. Et vous donneront des conseils. Certains seront bon à prendre d’autres non. Mais ne vous laisser jamais influencer parce que « ma belle fille elle faisait ça, ça allait très bien », « vous lui donnez de mauvaises habitudes »… Ecoutez votre coeur. Votre instinct. Chaque bébé est différent. Les choses évoluent. Chaque « éducation » est différente. Il s’agit de vos choix. De vos ressentis. Soyez en accord avec vos décisions. Si les autres ne sont pas contents alors tant pis.

Faites tout simplement de votre mieux. Vous n’êtes pas parfait. Personne ne l’est. On fait de notre mieux. C’est le plus important. Et surtout, entourez-vous des bonnes personnes. Bienveillantes. Qui vous aideront, accompagneront dans ce tourbillon de la vie. Qui serons là, tout proche et sans jugement. Par un mot, un geste, un conseil bienveillant, une intension. Entourez-vous de ces personnes qui veulent simplement votre bonheur et votre sommeil 🙂

Je ne remercierai jamais assez celles et ceux qui sont là pour nous une fois de plus. Dans notre quotidien. Ces personnes fortes et avec un coeur immense. Elles se reconnaitront. Je pense à elles, eux. Je jure d’être toujours là pour eux, elles. Comme elle le sont dans notre quotidien. Je t’avais prévenu mon petit lardon, on est entourés d’amour et c’est ça le plus important. On te donne et te donnera de l’amour, toujours plus d’amour je te le promets. Parce que l’amour est le plus beau sentiment que la vie peut te donner. L’amour pourrait sauver le monde. Alors, mon amour, je remercie aujourd’hui la vie de t’avoir mis dans mes bras, dans mon coeur, dans ma vie, notre vie. Mon petit lardon, tu es la plus belle tempête de ma vie. Je t’aime. À la folie d’amour.

 

Aujourd’hui je me rends compte de la force des parents, des mamans, des papas. Je le savais. Je le sentais mais je les admire encore plus. Etre parents est un combat. Le plus beau des combats mais le plus fatiguant. N’ayez pas peur de dire quand c’est trop. Que vous avez besoin d’aide. De soutien. Les combats ne se gagnent pas seul, on a besoin d’une équipe pour cela. Quand un équipier faiblit alors l’autre le soutient, l’aide. Ce n’est pas être faible, bien au contraire. Ne culpabilisez jamais de demander de l’aide. À toi maman, papa solo, n’oublie jamais que tu es un héro. Un héro de la vie quotidienne. Bien trop peu honorifié. Bien trop peu considéré, mais vous êtes des héros. Les vrais de vrai. Mon petit Moino, tu es bien plus que cela encore.

À toi mon petit lardon, ma beauté, mon bébou, mon chameau. Je t’aime. Je t’aime d’amour. À la folie d’amour.  Tu es mon tout. Ma plus belle tempête. Tu m’as fait devenir maman. Le plus difficile mais le plus beau des rôles. Je te promets que je ferai de mon mieux. Toujours. Que je serai toujours là. Dans ton coeur.

Je fonds quand tu me souris. J’explose de bonheur quand tu t’marres. Je fonds d’amour quand tu me serres dans tes bras. Tu es ma faille. Ça me fait extrêmement peur mais je t’assure qu’on va y arriver. Car on est une équipe. La plus belle des équipes.

À toi, l’amour. Je te remercie. Je te remercie d’être toi une fois de plus. Je te remercie d’être le papa le plus extraordinaire que Marceau pouvait avoir. Ça n’a pas toujours été évident. Ces 5 derniers mois étaient éprouvants pour nous, pour toi, pour moi. Mais on y est arrivés. Une fois de plus. On peut être fièrs, je te l’assure. Et on va y arriver. Je te jure qu’un jour Marceau fera ses nuits et qu’on en rigolera encore plus fort  ! Cette bouteille de champagne sera ouverte. Tu es mon âme soeur. Ma moitié. Bien sûr qu’on en ressortira encore plus forts. À nous. À l’amour. À notre famille. Comme une évidence.

blog voyages

Ce petit texte fera peut être écho à des mamans, papas, peut-être pas. Il m'est propre. Chaque histoire est différente. Je dois dire que ça m’a fait du bien à moi aussi d’écrire ces quelques mots sur le tourbillon d’émotions qui s’est passé ces 5 derniers mois. J’ai souvent besoin d’écrire pour évacuer. Je vous conseillerai aussi de parler. Car ça fait du bien. La communication est si importante. Ne restez pas avec vos émotions qui tourbillonnent.

J’espère trouver le courage de partager ce texte un peu brouillon et très personnel écrit après des sentiments qui explosent.

 Et toi future maman, papa j’espère ne pas t’avoir brusqué. Tu verras cette tempête est la plus belle que tu vivras. Une tempête ne laisse jamais indemne. Mais elle permet aussi de reconstruire/ construire quelque chose de plus beau derrière. Devenir parent est pour moi la plus belle chose et la plus difficile qui s’est déroulée dans ma vie. J’étais clairement pas prête. Mais c’est peut-être ça qui est beau. Et qui rend les émotions encore plus fortes.

blog voyages

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 baroudeurs ont voté, leur sentence est irrévocable : 5,00 out of 5)

Loading...

Blog Voyages
blog de voyage itinéraire et budget

8 réponses à « On n’était pas prêts. »

  1. La plus belle histoire de maman jamais lue… Je suis heureuse d’avoir pu te lire. Tes émotions sont importantes. Et tu en auras plein d’autres jusqu’à la fin de ta vie. C’est vraiment incroyable.
    Personnellement je ne sais pas si je suis prête complètement pour cette aventure, mais le peu que j’ai pu vivre lors d’une première grossesse (arrêtée malheureusement) m’a donné beaucoup d’émotions (j’ai aimé ce que je vivais). Je suis tombée enceinte dès le premier essai, mais depuis qq mois ça ne fonctionne pas. Je ne désespère pas. J’ai hâte. Alors merci pour tes mots, ton témoignage me touche sincèrement, au plus profond de mon être. Continue à rester toi même. Je n’oublie pas ton mari. Lui aussi est formidable. Le bonheur, l’amour à trois. J’en rêve Merci à vous chers petits baroudeurs

    1. Bonjour Nath,
      Un grand Merci pour ce touchant message. Qui m’a mis les larmes aux yeux. Tu es courageuse. Si courageuse. Et je te souhaite que du bonheur. à 2, à 3, à 4… 🙂 !
      Comme tu dis, les émotions sont si importantes. Prend soin de toi. De vous.

  2. Je suis émue par tant de délicatesse dans vos mots, d’humilité, de sagesse aussi pour une jeune maman. Vivre l’instant avec son cœur pour et à travers ceux qu’on aime. L’essentiel.

  3. Lire ce texte pendant le biberon de 4h du mat tombe à pic ! Un peu plus de 3 semaines de tempête chez nous, on est en plein dans ce qui s’appelle avoir la tête sous l’eau pour le coup.
    Merci pour ce texte qui nous fait nous sentir moins seuls et qui nous prouve une fois de plus, même si au fond de nous on le sait, qu’on va y arriver.

    1. Bonjour Priscilla,
      Tellement chouette de lire ce commentaire merci beaucoup ! Le bib’ de 4h, aïe 🙂 !Ne t’inquiète pas, tu n’es pas toute seule ! Loin de là même ! C’est en discutant autour de sois qu’on se rend compte qu’on est même énormément ! Et ça fait du bien d’en parler !Et bien sûr, tu vas y arriver, vous allez y arriver ! Je te souhaite plein d’amour avec ta petite merveille ! Et je te souhaite aussi du sommeil !Héhé 🙂

  4. Bonjour Marion,
    Ton texte est magnifique et a réussi à me soutirer quelques larmes hi hi . Et oui, étant maman depuis peu, mon petit bout vient de prendre 2 mois, je suis en plein dans ce tourbillon magnifique et infernale à la fois comme tu le décris si bien! Je me reconnais tellement dans tes mots c’est incroyable, merci pour ce partage!
    J’avais une question un peu précise car je me reconnais aussi beaucoup sur un point : le rot qui peut mettre 1h à sortir même la nuit… avez vous fini par trouver une solution ? Je t’avoue que je désespère un peu, parfois les rots peuvent mettre jusqu’à 2h voir 2h30 chez nous ce qui rend les nuits horribles pour moi (car bébé lui il dort mais se tortille dès que je le pose) et les journées très longues car je ne peux me reposer quand il dort (impossible de le poser car le rot est coincé et si je l’allonge il se tortille et se réveille car il est trop gêné) . Voila, peut être que votre expérience pourra m’aider un tout petit peu on ne sait jamais ^^
    Vous êtes tous les 3 très beaux en tout cas et j’adore votre blog et vous suivre sur Insta ! J’embrasse très fort votre jolie petite famille.

    1. Bonjour Laurie,
      Merci beaucoup pour ce commentaire ! Ah la la le rot interminable. On comprend tellement. Alors nous on le posait dans sont lit 1-2 min, on attendait un peu qu’il gigote et on le reprenait. Et souvent après 2-3 essais il rotait. Mais ça pouvait être quelques fois très long.Souvent on commençait à changer la couche et on le prenait entre temps et parfois ça marchait !On a tout essayé. Toutes les techniques sur Youtube ^^’. J’ai une amie qui caressait la fontanelle de son petit et sa marchait pas mal aussi ! J’espère que ça pourra t’aider ! Après je te rassure ca allait plus vite pour qu’il rote ! Courage 🙂 et j’imagine aussi le bonheur que ça vous procure ! On embrasse votre petite famille !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.